Formulaire de contact

Laissez-nous votre message, question, demande de rendez-vous, et nous reviendrons vers vous rapidement.

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Service à contacter

Votre message

Entrez le code *
captcha

Pôle Épaule/Coude

Introduction

Le pôle épaule/coude est composé de 2 chirurgiens spécialisés dans les pathologies de l’épaule et du coude. Le Dr Yves LEFEBVRE installé 2003 depuis ayant fait son cursus à Strasbourg, rejoint en 2014 par le Dr Yves-Pierre LE MOULEC venant de Paris.

Les principales pathologies traitées dans le cabinet sont :

Les techniques chirurgicales utilisées sont dites mini invasives, la plupart des interventions sont réalisées sous arthroscopie.

L’articulation de l’épaule est une articulation complexe. Deux pièces osseuses s’articulent ensemble : la glène de l’omoplate (ou scapula) et la tête de l’humérus. L’articulation est maintenue par des ligaments, des tendons (la coiffe des rotateurs) et les muscles autours. L’usure naturelle ou les blessures peuvent altérer ces structures et générer des douleurs. On peut regrouper les différentes pathologies rencontrées en 3 grands groupes :

  • Les lésions de la coiffe des rotateurs : tendinites, tendinopathies calcifiantes, rupture de la coiffe…
  • Les lésions d’instabilité de l’épaule : les luxations
  • L’arthrose de l’épaule

Pour prendre rdv en ligne avec le Docteur Pierre-Yves Le Moulec : Prendre rendez-vous en ligne

Epaule

Les lésions de la coiffe de rotateurs

L’ensemble de ces informations vous est donné à titre explicatif pour mieux comprendre votre pathologie. Elles ne remplacent pas une consultation personnelle avec le médecin qui évaluera votre cas en particulier.

lesionepaule1

L’anatomie

La coiffe des rotateurs correspond à un ensemble  de 4 muscles qui vont tous s’attacher sur la tête de l’humérus. Ils permettent de bouger l’épaule dans toutes les directions.

A – LES DIFFÉRENTES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS

L’épaule peut être douloureuse pour plusieurs raisons.

1) La tendinopathie non rompue de la coiffe

Il peut s’agir d’une maladie du tendon lui-même qui peut être soit « effiloché » comme une corde usée, on parle alors d’une tendinopathie non rompue (fig1) de la coiffe des rotateurs.

Le tendon peut présenter  une rupture partielle (fig2) c’est-à-dire une partie plus ou moins importante des fibres qui le composent sont déchirées, on parle alors d’une rupture partielle du tendon. Au delà de 50% de l’épaisseur atteinte, le tendon peut parfois être considéré comme rompu.

lesionepaule2

2) La tendinopathie rompue de la coiffe

Au stade ultime, le tendon peut être complètement déchiré  avec une désinsertion complète de son attache sur l’humérus, on parle alors de rupture transfixiante du tendon (fig 3 et 4). Cette rupture peut être due à une usure naturelle du tendon ou à un traumatisme.

lesionepaule3

fig 3 et 4 : rupture complète transfixiante de la coiffe des rotateurs

B- LA PRISE EN CHARGE DES LESIONS DE LA COIFFE

L’évolution des symptômes (douleurs à la mobilisation du bras, douleurs la nuit, douleurs qui vont vers le coude ou la nuque) se fait de façon cyclique avec des phases de poussées douloureuses et d’accalmie.

    1) Le bilan initial

Le principe de la prise en charge des pathologies de la coiffe est dans un premier temps d’en faire le diagnostic et de consulter son médecin traitant ou un spécialiste de l’épaule qui jugera de l’importance des lésions et de l’intérêt ou non de réaliser des examens complémentaires (radiographies, Echographie, IRM, arthro-scanner).

lesionepaule4

    2) Le traitement

Une fois le diagnostic établit la prise en charge peut commencer avec dans un premier temps :

Le traitement médical :

Repos articulaire : arrêt des activités sportives, adaptation du poste de travail voir arrêt de travail si besoin.

traitement antalgique : prise de médicament sous prescription médicale (paracétamol, anti inflammatoire en l’absence de contre indication)

la réalisation de kinésithérapie : 1 à 3 séances par semaines (massages, physiothérapie)

l’infiltration de l’épaule : réalisée par le médecin traitant ou le rhumatologue peut parfois permettre de diminuer l’inflammation de l’épaule en déposant un anti inflammatoire au niveau des tendons douloureux

Il est souhaitable de tenter un traitement médical pendant 6 mois, à partir du début d’évolution des symptômes, avant d’envisager une prise en charge chirurgicale. En cas de rupture traumatique, lors d’une chute par exemple, ce délai peut être raccourcit à 2 mois environ.

Le traitement chirurgical :

Un avis chirurgical auprès d’un chirurgien orthopédiste peut être souhaitable en cas de douleurs chroniques qui ne cèdent pas au traitement médical bien conduit dont nous venons de parler.

Le chirurgien  fera le point sur votre épaule douloureuse  et vous proposera une conduite à tenir en fonction des symptômes, de leur durée d’évolution et des lésions constatées lors des examens (IRM, arthro-scanner).

Il pourra soit décider avec vous de poursuivre le traitement médical, en proposant par exemple  une infiltration ou de la rééducation en piscine, si les symptômes sont peu importants ou si votre épaule s’améliore. Soit une prise en charge chirurgicale et vous proposer à ce moment là une opération de votre épaule en cas de non évolution ou d’aggravation des symptômes.

Les différentes opérations :

Quelles opérations pour quelles lésions de la coiffe ?

En cas de tendinopathie non rompue de la coiffe des rotateurs :

Le traitement chirurgical classique  consiste à réaliser une arthroscopie  (procédure mini invasive  avec une camera et des incisions de 1 à 2 mm) sous anesthésie générale. Le chirurgien va réaliser le « débridement de la coiffe »  (fig 5) (qui consiste à retirer tous les tissus inflammatoire), une acromioplastie (fig 6) (raboter l’acromion, de quelques mm, qui peut parfois venir frotter sur les tendons de la coiffe).

Si besoin, il faut parfois réaliser une ténotomie ou une ténodèse du tendon du biceps (fig 7).  En effet, le tendon du biceps (en bleu fig 7) peut parfois être en partie à l’origine de douleurs dans l’épaule. Il passe à travers l’épaule sans avoir d’action à ce niveau. En cas de section du tendon (ténotomie) cela n’entraine que peu de déficit. La gêne rencontrée peut être à l’origine de quelques crampes au niveau du bras, qui disparaissent en quelques semaines, ou d’une boule au niveau du bras (signe de Popeye). La ténodèse du biceps consiste à le couper (ténotomie) puis le refixer quelques centimètres plus bas (en rouge fig 7).

lesionepaule5

 

En cas de rupture partielle de la coiffe :

-Traditionnellement si la rupture intéresse  moins de 50% de l’épaisseur du tendon alors le traitement chirurgical sera le même que précédemment c’est à dire dans le cas d’une  tendinopathie non rompue de la coiffe des rotateurs.

-Si la rupture intéresse plus de 50% de l’épaisseur du tendon alors le chirurgien pourra compléter la rupture et réaliser une réparation de la coiffe des rotateurs comme nous allons le voir.

En cas de rupture de la coiffe :

Si la rupture (fig 8 et 9) est réparable c’est-à-dire si elle n’est pas trop étendue et que le tendon n’est pas trop rétracté alors le chirurgien réalisera une réparation arthroscopique de la coiffe.

La procédure se déroule comme précédemment sous anesthésie générale et sous arthroscopie.

Le chirurgien va passer des fils à travers les tendons rompus (fig 10) et va les fixer sur l’os avec des ancres résorbables (fig 11 et 12). Associée à la réparation de la coiffe, l’acromioplastie et la ténotomie ou ténodèse du tendon du biceps peuvent être réalisés.

lesionepaule6

lesionepaule7

lesionepaule8

La prise en charge de la douleur :

Lors de l’intervention un cathéter (fig 13) va être posé au niveau de l’épaule.

-Un cathéter est un fin tuyau de 1 mm de diamètre qui est relié à un diffuseur (biberon) (fig 14) contenant de la NAROPEINE (ropivacaïne) qui est un anesthésique local.

-La NAROPEINE va être délivrée pendant 48 heures au niveau de l’épaule et “endormir ”  le nerf supra scapulaire qui participe à l’innervation de l’épaule.

lesionepaule9

Les suites opératoires

La sortie s’effectue entre 0 et 2 jours après l’opération en fonction de ce qui a été décidé lors de la consultation. Il est possible de réaliser l’opération en AMBULATOIRE, c’est à dire en rentrant le soir même à la maison. Il existe des critères pour être éligible à une prise en charge en ambulatoire (Cf chapitre : chirurgie ambulatoire)

Le kiné passera dans votre chambre vous expliquer les mouvements que vous pouvez faire et l’utilisation de l’attelle que vous conserverez entre 15 jours et 1 mois en fonction de votre cas.

L’attelle (fig 15) est à mettre lorsque vous sortez de chez vous. À la maison ou pour dormir : pas d’attelle.

ŸUne ordonnance avec un traitement anti douleur vous sera remise avant votre sortie.

ŸLa rééducation commencera au bout de 3 semaines au cabinet du kinésithérapeute.

ŸVous reverrez votre chirurgien environ 6 semaines après l’intervention.

Le délai pour récupérer une bonne épaule est d’environ 6 mois ce qui correspond au délais de cicatrisation tendineuse.

lesionepaule10

3) Les risques de l’opération

Comme toute opération chirurgicale, il est possible de rencontrer des complications. Elles sont rares mais elles existent.

  • L’infection, très rare dans l’arthroscopie d’épaule. Si elle survient, il est parfois possible de réaliser une autre opération pour « laver » l’épaule.
  • L’hématome : un « bleu » peut apparaître après l’opération, il disparaitra quelques semaines plus tard.
  • La capsulite de l’épaule : elle correspond à un enraidissement de l’épaule après l’opération. Cela peut prolonger de quelques semaines le délai de récupération.
  • La phlébite et l’embolie pulmonaire : en fonction de vos antécédents, un traitement anticoagulant vous est prescrit.

réparation de la coiffe

L'instabilité de l'épaule

L’articulation de l’épaule, ou articulation gléno humérale, est la plus mobile du corps mais c’est aussi  par conséquence la plus instable. Lorsqu’elle se déboite, on parle alors de luxation, la tête de l’humérus part en avant de la glène (dans 95% des cas), il s’agit d’une luxation gléno humérale antérieure. Dans 5% des cas, le sens de déplacement est postérieur, on parle alors de luxation postérieure.

Les sub luxations correspondent à une mobilité de l’épaule, une sensation d’instabilité sans que l’épaule se déboite réellement.

Ces épisodes d’instabilité (luxation ou sub luxation) abiment le cartilage de l’articulation et peuvent à terme entrainer de l’arthrose.

instabiliteepaule1

instabiliteepaule2

QUELS SONT LES ELEMENTS DE STABILITE DE L’EPAULE ?

La stabilité de l’articulation gléno humérale est assurée par plusieurs structures. Le bourrelet ou labrum ainsi que la capsule articulaire, les ligaments gléno huméraux (supérieur, moyen et inférieur) et les muscles qui entourent l’articulation.

Après le premier épisode de luxation, la tête de l’humérus, en se déboitant, à distendu ou arraché les structures ligamentaires et/ou osseuses qui assuraient sa stabilité.

Cela explique que les récidives de luxations arrivent avec un traumatisme minime ou dans une position du bras qui était anodine auparavant.

instabiliteepaule3

instabiliteepaule4

QUE FAIRE EN CAS D’INSTABILITÉ RECIDIVANTE ?

Si l’épaule se luxe ou se sub luxe de façon répétée (au delà de 2 épisodes), alors le cartilage de l’articulation risque de s’abimer petit à petit et l’arthrose (dégradation irréversible de l’articulation du fait de la perte du cartilage) peut s’installer.

Il est classique de proposer une prise en charge chirurgicale pour stabiliser l’épaule après le 2ème ou 3ème épisode de luxation.

Comme nous l’avons vu, la récidive des luxations est due à une atteinte des structures qui la stabilisent. Ces éléments ne permettent plus de retenir l’épaule.

Il faut alors proposer un geste chirurgical car la kinésithérapie, le renforcement musculaire ou tout autre traitement n’est souvent pas suffisant pour  stabiliser l’épaule.

QUEL BILAN FAUT-IL REALISER ?

Un bilan radiographique avec des clichés de face et de profil et un arthro-scanner de l’épaule constituent le meilleur bilan.

Il permet de déterminer les lésions osseuses et ligamentaires et de choisir le traitement le mieux adapté en fonction des lésions retrouvées.

instabiliteepaule5

instabiliteepaule6

QUEL TRAITEMENT ?

Une fois l’examen clinique réalisé et les examens (radio et arthro-scanner) analysés lors de la consultation avec votre chirurgien un diagnostic est établi et un traitement vous est proposé.

Il existe 2 principales opérations pour traiter l’instabilité de l’épaule : le Bankart arthroscopique ou la butée coracoïdienne.

Le choix de l’une ou l’autre technique dépendra  de plusieurs critères :

-l’âge du patient

-son niveau sportif et le type de sport pratiqué

-la présence d’une hyperlaxité

-l’existence de lésions osseuses retrouvées lors du bilan

 

-LE BANKART ARTHROSCOPIQUE

L’intervention dure environ 1 heure. Elle est réalisée sous anesthésie générale.

Il s’agit d’une opération qui se déroule sous arthroscopie, c’est à dire en réalisant 2 incisions d’environ 5 mm en avant et en arrière de l’épaule. Le principe est de réparer les structures abimées lors de la luxation. Le chirurgien va mettre en place 2 à 3 ancres résorbables pour rattacher le bourrelet et la capsule de l’articulation. Les éléments de stabilité vont  ainsi être retendus.

instabiliteepaule7

instabiliteepaule8

 

bankart – Stabilisation selon la technique de Bankart

-LA BUTTE CORACOIDIENNE

L’intervention dure environ 1 heure. Elle est réalisée sous anesthésie générale.

Une incision d’environ 5 à 7 cm est réalisée  en avant de l’épaule. Le chirurgien va prélever, par la même incision, l’apophyse coracoïde qui est un fragment osseux sur l’omoplate et le transférer en avant de la glène. La butée est fixée par 2 vis qui seront conservées par le patient.

instabiliteepaule9

 

 

butée – Stabilisation avec une butée coracoidienne

LES SUITES OPERATOIRES

Identiques dans les 2 techniques : Bankart ou butée coracoïdienne

La sortie s’effectue entre 0 (ambulatoire) et 2 jours après l’opération en fonction de ce qui a été décidé lors de la consultation.

Le kiné passera dans votre chambre vous expliquer les mouvements que vous pouvez faire et l’utilisation de l’attelle que vous conserverez entre 2 et 4 semaines.

L’attelle est à mettre lorsque vous sortez de chez vous.

À la maison ou pour dormir : pas d’attelle.

ŸUne ordonnance avec un traitement anti douleur vous sera remise avant votre sortie.

ŸLa rééducation commencera au bout de 3 semaines environ au cabinet du kinésithérapeute.

ŸRendez vous 15 jours plus tard avec votre chirurgien si vous avez eu une butée ou environ 1 mois en cas de Bankart.

Le délai pour récupérer une bonne épaule est d’environ 2 mois ce qui correspond au délais de cicatrisation. La reprise des activités sportives est autorisée à partir du 4ème mois.

QUELS SONT LES RISQUES DE L’OPERATION ?

ŸL’infection du site opératoire comme toute intervention chirurgicale.

ŸUn hématome qui peut entrainer un gonflement temporaire de l’épaule.

ŸLa capsulite : enraidissement de l’épaule qui peut prolonger le délai de récupération.

Cela correspond à une rétraction de la capsule de l’articulation entrainant une diminution de la mobilité passive et active de l’épaule. D’origine mal connue, elle récupère en un an environ mais peut parfois entrainer une raideur partielle séquellaire.

ŸLa récidive de la luxation en cas de nouveau traumatisme ou  de mauvaise cicatrisation osseuse ou ligamentaire.

ŸLa phlébite et l’embolie pulmonaire (un traitement anti coagulant peut vous être donné en fonction de votre risque thrombo embolique et de vos antécédents).

ŸLes lésions nerveuses sont exceptionnelles (nerf axillaire ou musculo cutané surtout). Il s’agit le plus souvent d’un étirement simple de nerf lié aux manœuvres opératoires qui va spontanément récupérer.

L'arthrose

L’ensemble de ces informations vous est donné à titre explicatif pour mieux comprendre votre pathologie. Elles ne remplacent pas une consultation personnelle avec le médecin qui évaluera votre cas en particulier.

QU’EST CE QUE C’EST ?

L’articulation de l’épaule ou articulation gléno humérale est recouverte de cartilage (photos 1 &2). Cette pellicule d’environ 2 mm d’épaisseur associée au liquide articulaire permet aux surfaces de glisser l’une sur l’autre.

Une dégradation de ce cartilage entraine de l’arthrose (photos 3&4), c’est à dire une disparation progressive de ce revêtement. Les causes de cette arthrose peuvent être du fait de maladies chroniques telles que la polyarthrite rhumatoïde ou d’autres maladie rhumatologiques. Mais il existe aussi d’autres causes comme les traumatismes répétés, les fractures ou l’instabilité de l’épaule.

arthrose1

QU’EST CE QUE CELA ENTRAINE ?

L’apparition de l’arthrose se fait souvent sur plusieurs années mais parfois l’évolution est plus rapide et peut se voir en quelques mois.

Cela peut se traduire par des douleurs à la mobilisation de l’épaule, des douleurs pendant la nuit, des sensations de craquement et un enraidissement progressif de l’épaule.

QUEL BILAN A FAIRE ?

Votre médecin traitant ou le rhumatologue commencera le bilan en réalisant des radiographies de l’épaule pour évaluer la présence ou non d’arthrose.

Une échographie des tendons de la coiffe est également importante pour s’assurer que ces tendons ne sont pas atteints. En cas de doute ou de lésion retrouvée à l’échographie, une IRM sera prescrite pour évaluer plus précisément la coiffe des rotateurs.

QUEL TRAITEMENT PROPOSER ?

Une fois le diagnostique d’arthrose établit, il faut d’abord réaliser un traitement médical.

Plusieurs moyens peuvent soulager les symptômes :

  • le traitement antalgique : paracétamol, anti inflammatoire
  • la kinésithérapie et les massages pour assouplir l’épaule
  • les infiltrations de produits dérivés de cortisone et la visco supplémentation

Ces différents traitements peuvent éviter ou repousser une prise en charge chirurgicale.

En cas d’échec des traitements évoqués il faudra envisager une consultation chez un chirurgien de l’épaule.

LA PRISE EN CHARGE CHIRURGICALE

Pour traiter chirurgicalement l’arthrose de l’épaule, il faut réaliser la mise en place d’une prothèse.

L’opération se déroule sous anesthésie générale en réalisant une cicatrice d’environ 15 cm en avant de l’épaule. Elle dure environ 1h30.

Un cathéter (tuyau) (photo 5&6) va être mis en place, avant l’intervention par le médecin anesthésiste, pour permettre de délivrer pendant 48h des médicaments  (Naropéine) contre la douleur juste au niveau de la zone opératoire. Il est relié à un biberon (photo ci-contre).

Le cathéter sera retiré 48h après l’intervention par l’infirmière.

arthrose2

QUEL TYPE DE PROTHESE D’EPAULE ?

Il existe 2 types de prothèse d’épaule qui peuvent être posée:

-l’ANATOMIQUE ou l’INVERSEE .  En fonction de la persistance ou non des tendons de la coiffe des rotateurs dans votre épaule.

En cas d’arthrose avec la persistance des tendons de la coiffe des rotateurs, une prothèse totale anatomique pourra être posée. En revanche, si les tendons de la coiffe sont abimés alors il faudra mettre en place une prothèse inversée qui fonctionnera grâce au muscle deltoïde.

arthrose3

arthrose4

Dans les 2 types de prothèse, un implant sera mis en place sur l’omoplate et un autre, en face, sur l’humérus. Ils sont fixés par du ciment, ou tiennent grâce au revêtement spécial de la prothèse.

Un drainage (redon) est parfois mis en place en fin d’intervention pour éviter  l’apparition d’un hématome.

APRES L’OPERATION

L’attelle sera à conserver 1 mois, seulement pour sortir de chez vous. A la maison ou pour dormir, vous n’avez pas besoin de mettre l’attelle. Vous pouvez dès le lendemain de l’opération utiliser votre main pour manger, écrire, téléphoner…

arthrose5

 

Vous resterez hospitalisé environ 1 semaine.

Le kiné passera dans votre chambre pour débuter la rééducation dès le lendemain de l’opération.

Il pourra vous être proposé après  votre séjour à la clinique, une convalescence dans  un CENTRE DE REEDUCATION  pour une durée d’environ 2 semaines pour rééduquer au mieux votre épaule. Après cela, la rééducation se fera chez un kiné “de ville“ pendant une durée de 3 à 6 mois à raison de 2 à 3 séances par semaine.

ŸUne ordonnance avec un traitement anti douleur vous sera remise avant votre sortie.

ŸVous reverrez votre chirurgien environ 6 semaines après l’intervention.

Le délai pour récupérer une bonne épaule est d’environ 6 mois ce qui correspond au délai de cicatrisation.

La prothèse d’épaule à une durée de vie d’environ 15 ans. Cette durée varie selon les patients et en fonction de l’utilisation qui en est faite.

Vous serez suivi tous les 2 ans pour contrôler l’état de votre épaule et de la prothèse. Si elle montre un état d’usure avancée il est parfois nécessaire de la changer pour la remplacer.

LES RISQUES DE L’OPERATION

Comme toute opération la mise en place d’une prothèse d’épaule peut engendrer des complications même si celles ci sont rares.

ŸL’infection et l’hématome du site opératoire. Afin d’éviter la survenue d’une infection,  des mesures d’hygiène strictes et un traitement antibiotique (en l’absence d’allergie) vous est donné pendant l’intervention.

ŸLa capsulite : enraidissement de l’épaule qui peut prolonger le délai de récupération.

ŸLa luxation de prothèse (rare): qui nécessite une ré-intervention sous anesthésie pour la remettre en place.

ŸLa phlébite et l’embolie pulmonaire (un traitement anticoagulant  préventif vous est prescrit).

Documents patients

Téléchargez les documents PDF :

bouton_1  bouton_2

bouton_3  bouton_4

Informations pratiques / Le parcours du patient

LE PARCOURS DU PATIENT

Cette page retrace les grandes étapes du patient depuis la consultation dans notre cabinet jusqu’à la fin de la prise en charge après l’opération.

COMMENT NOUS TROUVER ?

-Localisation du cabinet

Cabinet de Chirurgie Orthopédique

16, allée de la Robertsau 67000 Strasbourg

Tel : 03 88 36 00 87

Bus: Ligne 6 ou 30

Tramway : Gallia (C,E,F) arrêt le plus proche

DEPUIS VOTRE MEDECIN TRAITANT

Le parcours habituel du patient passe dans un premier temps par une consultation chez votre médecin généraliste. Celle-ci n’est pas obligatoire pour nous consulter mais elle permet de vous orienter au mieux et de vous prescrire les  éventuels examens nécessaires avant la consultation (radiographies, échographie, IRM ou arthro scanner).

LA CONSULTATION

Notre cabinet de consultation, au sein du centre d’orthopédie qui regroupe 8 chirurgiens, est composé de 2 chirurgiens spécialistes : le Dr Yves LEFEBVRE et le Dr Yves-Pierre LE MOULEC. Nous sommes spécialisés dans la chirurgie de l’épaule et du coude, dans la prise en charge des pathologies du sport ainsi que des traumatismes (fractures) de l’épaule et du coude.

La consultation nécessite une prise de rendez-vous au préalable. (cf prendre rendez vous).

Elle va permettre d’établir un diagnostic précis et de vous proposer une prise en charge médicale (traitement contre la douleur, rééducation par le kinésithérapeute,  infiltration) ou chirurgicale, c’est à dire une opération.

LA CLINIQUE

Il a été convenu avec vous de réaliser une intervention chirurgicale. Celle-ci se déroulera dans une des cliniques dans laquelle nous opérons, toutes situées à Strasbourg.

-La clinique de l’Orangerie,

-La clinique Sainte-Anne,

-La clinique Sainte-Odile,

-La clinique Rhéna.

AVANT L’INTERVENTION

-La consultation avec le médecin anesthésiste

Nous nous occuperons de fixer le rendez-vous avec vous.

Obligatoire, elle doit avoir lieu 48 heures avant l’intervention au minimum. Il est cependant conseillé de la réaliser 2 à 3 semaines avant afin d’avoir le temps de faire le bilan d’éventuels problèmes médicaux. En cas d’urgence, la consultation a lieu le jour ou la veille de l’intervention.

  • A quoi sert elle ?

Elle permet de faire le point sur les différentes techniques d’anesthésies possibles :

– anesthésie générale pour les épaules et générale ou loco-régionale pour les coudes.

– à dépister d’éventuels problèmes médicaux et à réaliser un bilan complémentaire.

N’oubliez pas d’apporter pour cette consultation :

  • la liste de vos médicaments (ordonnance récente)
  • les examens que vous avez passés récemment (ECG, Echographie cardiaque), un éventuel compte rendu d’hospitalisation.

– Les démarches administratives

Lors de la consultation où l’intervention a été programmée la secrétaire vous remettra ces documents :

  • – questionnaire d’anesthésie,

–  protocole de préparation cutanée,

  • – fiche de pré-admission,
  • – consentement éclairé,
  • – formulaire de déclaration de personne de confiance,
  • – devis,

–   ordonnances de bilan sang, de bilan urinaire (dans le cadre d’une prothèse),

–   ordonnance d’attelle

Pensez à prévoir à l’avance votre déplacement pour aller et revenir de la clinique après votre opération. Sauf dans de rares cas, la prescription d’une ambulance n’est pas prise en charge.

L’OPERATION

En fonction de ce qui a été décidé avec votre chirurgien, vous arriverez à la clinique la veille ou le jour de l’opération.

-La veille de l’intervention

> Epilation

Vous devez vous épiler l’épaule,  il faut épiler le membre supérieur depuis le coude en remontant jusqu’en haut de l’épaule (y compris dans l’aisselle). Pour le coude, épilation depuis la moitié de l’avant bras en remontant jusqu’à la moitié du bras. Utilisez une crème dépilatoire. Le rasage en utilisant une lame est interdit puisqu’il peut créer des coupures.

> Ne pas oublier :

  • -Carte vitale et moyen de paiement
  • -Votre attelle prescrite
  • -Vos radiographies et résultats des examens effectués

-Ne pas emmener d’objets de valeur

> L’heure de l’arrivée à la clinique

La veille de l’intervention, vous serez informé de l’heure à laquelle vous devez arriver à la clinique et de votre heure de passage au bloc opératoire. Cet horaire de passage vous est donné à titre indicatif mais pourra varier en fonction de l’activité du bloc opératoire.

> VENIR A JEUN

A partir de minuit, la veille de l’intervention, il ne faut pas boire, pas manger et ne pas fumer. Cela entrainerai un risque important  durant l’anesthésie générale et annulerai l’opération.

– Le jour de l’intervention

Lors de votre arrivée à la clinique vous devrez effectuer en premier lieu votre admission en vous présentant à l’accueil.

Vous rejoignez ensuite votre chambre où l’équipe infirmières vous informe et prépare votre intervention.

Il est interdit de boire, manger ou fumer jusqu’à l’intervention.

– Les intervenants

Le brancardier vous emmènera au bloc opératoire et vous serez accueilli par l’équipe chirurgicale (infirmière anesthésiste, anesthésiste et chirurgien). L’anesthésiste commence à vous préparer à l’intervention en salle de pré-anesthésie.

L’infirmière de bloc opératoire vérifie votre identité ainsi que le côté à opérer et vous installe avec l’aide du personnel du bloc. Une check-list est réalisée juste avant l’intervention en présence de l’infirmière, du chirurgien et de l’anesthésiste.

APRES L’OPERATION

>La salle de réveil

Après l’intervention vous êtes amené en salle de réveil afin de réaliser la surveillance post-opératoire. Vous y passerez en moyenne entre 1 et 3 heures. Lorsque toutes les conditions sont favorables, le brancardier vous ramène dans votre chambre.

>La visite de votre chirurgien

Il passera vous voir pour vous expliquer comment s’est déroulé l’intervention et les consignes à respecter.

>Le kinésithérapeute passera vous voir pour vous montrer comment mettre l’attelle et débuter la rééducation.

>La sortie

Au moment de votre sortie, le chirurgien et anesthésiste vérifient qu’il n’y avait pas de contre indication à votre départ de la clinique.

Les papiers de sortie vous sont remis en main propre ainsi que la date du prochain rendez vous.

En cas d’hospitalisation en ambulatoire, il est nécessaire de ne pas être seul lors de votre retour à domicile (Cf chirurgie ambulatoire).

Le retour à domicile se fait accompagné d’un proche ou dans de rares cas par un transporteur conventionné.

En cas de problème n’hésitez pas à joindre le secrétariat téléphonique de votre chirurgien.

Cabinet de Chirurgie Orthopédique